28 janvier : Jacmel

 

C’est la ville du carnaval et des artistes. A peine l’ancre posée on se sent bien à Jacmel. Haïti est inspirante, Jacmel en est une sorte de condensé, mais la ville ne semble avoir retenu que le meilleur du pays. Nous débarquons et sommes accueillis par Jacques qui nous conduit aussitôt au bar de l’hôtel Florita où nous faisons la connaissance de Lucie, jeune et jolie aventurière qui a la gentillesse de nous servir de guide. 

 

 

 

Je garde en mémoire les yeux des enfants, des couleurs à n’en plus finir et la dignité envers et contre tout

 

 

Lucie a ouvert une petite galerie à coté de l’hôtel dans lequel elle expose des objets qu’elle fait fabriquer par les artisans locaux. Le Florita est une belle demeure qui a résisté au séisme, ce qui n’est pas le cas de sa voisine, une superbe villa avec piscine totalement effondrée. Des gravas, des tas de pierres, éboulis en tout genre, ca fait pourtant 5 ans mais ce 12 janvier là, on est pas prêts de l’oublier. Le carnaval a d’ailleurs été décalé, c’était auparavant du 1er janvier au 17 février, maintenant cela commence le 13 janvier. Le jour dit on se recueille, on est en deuil.


 

 

Jacmel, la ville des artistes et du carnaval a beaucoup souffert du tremblement de terre de 2010

 

  

 

Jacmel, la ville des artistes et du carnaval a beaucoup souffert du tremblement de terre de 2010

 

 

L’épicentre était à Leogane, à quelques kilomètres, c’est donc entre Jacmel et Port au Prince qu’il y a eu le plus de dégâts et de morts,  environ 80000 pour 300000 dans tout le pays. C’est dire que par ici on s’en souvient et que les stigmates de ce terrible jour sont encore bien visibles. Revenons au Carnaval, c’est surtout le dimanche que ça se passe, nous apercevons les masques et quelques costumes mais nous ne serons pas là Dimanche prochain pour assister aux festivités. Il est temps pour nous de filer vers la Jamaïque.


 

 

Jacmel, la ville des artistes et du carnaval a beaucoup souffert du tremblement de terre de 2010

 

  

 

Ronald Mevs dans son atelier à Jacmel, un artiste engagé

 

 

Lucie nous mène jusqu’à l’atelier de Ronald Mevs, un peintre de grand talent. Il expose d’ailleurs actuellement au grand palais à Paris. Au milieu de toiles merveilleuses, c’est un véritable moment de grâce que ces quelques heures passées en sa compagnie à échanger autour d’un verre de blanc dans sa jolie maison. Le lendemain matin je fais un aller-retour sur Port au Prince avec Marie et les enfants pour aller rencontrer les élèves des écoles. Philou veille sur le bateau. 


 

 

Ronald Mevs dans son atelier à Jacmel, un artiste engagé


 

 

Ronald Mevs dans son atelier à Jacmel, un artiste engagé

 

 

Nous empruntons la belle route de l’Amitié. Elle doit son nom au fait qu’un tronçon a été construit par les Français et l’autre par les Canadiens. Arrivés vers Port au Prince c’est la folie, voiture pare-chocs contre pare-chocs, vendeurs ambulants au milieu de la route, gravas, tas d’ordures partout. Les tap tap, grands pick up aménagés avec deux bancs dans lequel on s’agglutine, portent tous des inscriptions religieuses : « Dieu est là, Jésus veille sur nous ». Il est bon effectivement, quand on voit la misère qui règne ici, de se le rappeler. 


 

 

Dernière escale en Haïti, la capitale Port au Prince : Tap Tap et bus aux inscriptions religieuses,
un pays et un peuple inspirants, envoûtants, attachants

 
 

 

Dernière escale en Haïti, la capitale Port au Prince : Tap Tap et bus aux inscriptions religieuses, 
un pays et un peuple inspirants, envoûtants, attachants

 

 

Cette nuit nous appareillerons et filerons vers la Jamaïque que nous atteindrons d’ici 48 heures. D’Haïti je retiens la force des visages, la dignité, des couleurs à n’en plus finir, et des enfants aux regards graves. Un pays inspirant, envoutant, sensuel et attachant. Un pays d’artistes avec tout ce que cela comporte de paradoxes et de fragilités et c’est ce qui fait son charme. Je me souviens des mots de Ronald : «  Ici rien n’est moyen ». Pour notre plus grand plaisir, ici on survit, on VIT et on en a pleine conscience !!!!

 

Les 100 derniers billets du Carnet de bord