27 janvier : L’Île à Vache

 

Cette île est située sur la côte sud de la Péninsule Sud. Elle est célèbre car c’est un bon mouillage pour les bateaux. Les pirates, dont le célèbre Morgan, y avaient élu domicile. Il y a une anse bien protégée et bien cachée, idéale pour se faire oublier. L’Île à vache fut ainsi nommée car les pirates y laissaient des vaches et avaient de la nourriture garantie au retour de leur expédition. Pour nous c’est une escale sur notre route vers Jacmel. Dès notre arrivée, les locaux viennent à notre rencontre et en quelques instants c’est une nuée de pirogues qui s’agglutinent le long de la coque. Nous sommes méfiants et un peu échaudés par nos précédentes aventures. 

 

 

 

C’est jour de marché sur l’Île à Vache, les barques sont remplies

 

 

 

C’est jour de marché sur l’Île à Vache, les barques sont remplies

 

 

Nous cherchons la tranquillité et les palabres nous épuisent. Difficile pour ces gens démunis de voir arriver un bateau qui pour eux est un navire d’une autre planète : un bateau moderne alors qu’ils sont encore à la voile et à la rame pour déplacer leurs embarcations. Les enfants demandent à nettoyer la coque ou les bouées, un autre nous propose des langoustes et encore un autre une balade à cheval autour de l’île. Nous ne pouvons contenter tout le monde. Comment faire plaisir sans faire des frustrés ? Nous sommes des extra-terrestres, des hommes d’un autre temps, d’une autre civilisation. 


 

 

Une population bien accueillante sur ce petit îlot

 

 

 

Les cases sont recouvertes de paille

 

 

Haïti et la majeure partie de ses habitants survivent au quotidien. La gentillesse se lit dans ces visages et le sourire est leur plus bel atout. Les îlots plantés au milieu du grand lagon sont habités par des familles de pêcheurs. Nous levons l’ancre en direction de l’un d’eux. Quelques cocotiers et des huttes en bois et au toit de paille. Des dizaines d’enfants courent sur la plage. C’est notre petit îlot des pirates en un peu plus grand mais ici l’accueil est chaleureux. 


 

 

Avec Gaëtan dans les bras, âgé de quelques semaines. Un futur marin !

 

 

On se retrouve avec une nuée de gamin émerveillés de voir deux petite filles blondes et plus encore de découvrir la petite chienne ‘noir et blanc’ qui nous accompagne. Il n’y a pas de chien sur l’île. Betty devient en quelques instants la reine et tout le monde scande son nom, Betty par-ci, Betty par-là. Des hommes refont les toits de pailles qui proviennent de l’Île à Vache. Ils ont une durée de vie d’environ un an. 


 

 

Au milieu des enfants, je filme

 

 

 

Pirogues des pêcheurs

 

 

Je me retrouve en moins de deux avec un bébé de quelques jours dans les bras. Gaëtan sera comme ses frères et cousins, pêcheur de langoustes et de poissons. En restera-t-il ? C’est une grande question, car sur notre chemin nous avons rencontré des plongeurs avec un narguilé ratissant les fonds du lagon. 


 

 

Tout le village est là pour nous dire au revoir

 

 

En fin de journée le Soleil s’assoupit à l’horizon et nous appareillons en direction de Jacmel.

 

Les 100 derniers billets du Carnet de bord