• Slideshow home fullscreen (1 with slide carnet)

    Tous les billets...

    Carnet de bord

    Géraldine Danon et
    Philippe Poupon,


    une expédition
    pour la protection des océans
    à bord de

    Fleur Australe

     


    Découvrez la mission   >>

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Slideshow home fullscreen (2)
                                                                                         

    Une aventure extrême d’un pôle à l'autre.

    Depuis 7 années l'équipage familial a parcouru plus de 120 000 KM sur les mers les plus hostiles pour atteindre les latitudes les plus élevées. Un voyage extraordinaire pour une meilleure connaissance de notre planète.
    Suivant   

  • Accueil Top b (1)

    Fleur Australe,
    un bateau
    conçu pour
    les conditions extrêmes

    Découvrez comment   >>

  • Accueil Top b (2)
                                                                                         

    Un bateau qui a fait ses preuves

    Fleur Australe est un voilier d'expédition polaire, spécialement dessiné pour les hautes latitudes. Il a été conçu par Philippe Poupon sur les plans de Michel Joubert. Le bateau a été construit en Strongal, aluminium épais. 20 mètres de long, quille relevable, gréement divisé, un bon moteur et une grande autonomie. Un poste de barre situé dans la timonerie, véritable lieu de vie pour observer la mer de jour comme de nuit. Huit personnes peuvent embarquer à bord. Tout est prévu pour la sécurité, avec 2 canots de sauvetage, des combinaisons de survie pour chacun, et deux balises de détresse. Des cloisons étanches. Nous avons presque tout en double sur le bateau, deux annexes, deux moteurs HB, deux pilotes et deux radars, un safran de secours. Tout est pensé sécurité et autonomie pour des expéditions au bout du monde.

    Suivant   

  • Accueil Top c (1) - équipage

    Fleur Australe,
    un équipage familial

    Découvrez les membres   >>

  • Accueil Top c (3)
                                                                                                                                 

    Un équipage familial soudé par une aventure hors du commun

    De l'arctique à l'antarctique en passant par l'Alaska et la Polynésie, l'équipage de Fleur Australe a bravé tempêtes, banquises et mers truffées d'icebergs. "Ce n'est pas toujours simple et ça crie parfois à bord mais nous savons que tout doit passer très vite, nous ne devons pas laisser les conflits s'installer, l'instant d'avant ne doit pas abimer celui d'après" (Géraldine).

  • Accueil Top d - science

    Une aventure humaine
    au service
    de la science

    Lire la suite   >>

  • Accueil Top d (2)
                                                                                         

    Fleur Australe, plateforme scientifique

       Avec l’Ifremer depuis 7 ans une collaboration efficace. Le voilier est équipé de sondes qui permettent des relevés de température, de salinité, des prélèvements d’eau quotidiens viennent compléter ces mesures. Une caméra immergée à 30 cm de profondeur permet de recenser les zones de déchets flottants.
       Avec Météo France, Fleur Australe est une station mobile qui envoie ses relevés, nuages, houle, températures au centre de Toulouse. Un parcours exceptionnel offre à la science des mesures inédites sur le terrain.
    Suivant   

  • Accueil Top-e (1)

    Rencontrer les enfants
    autour du monde
    pour sensibiliser
    à la protection
    des océans

    Lire la suite   >>

  • Accueil Top e (2)
                                                                                         

    A la rencontre des enfants

    Un équipage familial qui va à la rencontre des enfants autour du monde pour les sensibiliser à la protection de nos océans.
    Plus humain, plus ludique, un message clair et simple. Projection des films suivis de débats animés. L’aventure Fleur Australe parle aux jeunes en véhiculant des notions de rêve et d’aventure pour une meilleur connaissance et un plus grand respect de nos océans.
    Suivant   

  • Slideshow home fullscreen (1 with slide carnet)
  • Slideshow home fullscreen (2)
  • Accueil Top b (1)
  • Accueil Top b (2)
  • Accueil Top c (1) - équipage
  • Accueil Top c (3)
  • Accueil Top d - science
  • Accueil Top d (2)
  • Accueil Top-e (1)
  • Accueil Top e (2)

  • Accueil Top b (1)

    Fleur Australe,
    un bateau
    conçu pour
    les conditions extrêmes

    Découvrez comment   >>

  • Accueil Top b (2)
                                                                                         

    Un bateau qui a fait ses preuves

    Fleur Australe est un voilier d'expédition polaire, spécialement dessiné pour les hautes latitudes. Il a été conçu par Philippe Poupon sur les plans de Michel Joubert. Le bateau a été construit en Strongal, aluminium épais. 20 mètres de long, quille relevable, gréement divisé, un bon moteur et une grande autonomie. Un poste de barre situé dans la timonerie, véritable lieu de vie pour observer la mer de jour comme de nuit. Huit personnes peuvent embarquer à bord. Tout est prévu pour la sécurité, avec 2 canots de sauvetage, des combinaisons de survie pour chacun, et deux balises de détresse. Des cloisons étanches. Nous avons presque tout en double sur le bateau, deux annexes, deux moteurs HB, deux pilotes et deux radars, un safran de secours. Tout est pensé sécurité et autonomie pour des expéditions au bout du monde.

    Suivant   

  • Accueil Top c (1) - équipage

    Fleur Australe,
    un équipage familial

    Découvrez les membres   >>

  • Accueil Top c (3)
                                                                                                                                 

    Un équipage familial soudé par une aventure hors du commun

    De l'arctique à l'antarctique en passant par l'Alaska et la Polynésie, l'équipage de Fleur Australe a bravé tempêtes, banquises et mers truffées d'icebergs. "Ce n'est pas toujours simple et ça crie parfois à bord mais nous savons que tout doit passer très vite, nous ne devons pas laisser les conflits s'installer, l'instant d'avant ne doit pas abimer celui d'après" (Géraldine).

On nous attend, les enfants agitent leurs petits drapeaux français tandis que l’accordéon improvise quelques accords de Piaf « Sous le ciel de Paris… ». 
 
 
 
Le drapeau de St Pierre, où on trouve le drapeau basque, breton et normand
  
 
 
A l'école de St Odile, une conférence sur notre voyage et la protection des océans
  
 
Celui de Saint Pierre et Miquelon quant à lui affiche un soleil radieux et c’est paraît-il la première belle journée depuis bien longtemps, c’est l’été pour fêter notre arrivée. On nous offre le drapeau de Saint Pierre que Philou hisse dans les haubans. Il flotte dans l’air et affiche fièrement les emblèmes des bretons, des basques et des normands qui peuplent la ville. Pas étonnant qu’ils aient de la personnalité dans le coin, bon sang ne saurait mentir !
 
 
 
Avec le président de la communauté, responsable de l'Île de St Pierre et Miquelon
  
 
 
Marion marche sur les graves, zone de cailloux qui servait à sécher le poisson
  
 
Je ne vais pas tarder à m’en apercevoir une fois les formalités d’usage et les salutations effectuées, en arpentant les rues du bourg en quête de bottes de caoutchouc pour Nina car le soleil ne va pas durer bien longtemps et c’est bientôt la pluie et la brume qui vont le remplacer. 
  
 
 
La maison Jezequel, un nom breton du nord Finistère
  
 
Des gens simples, chaleureux, à la personnalité bien trempée, endurcie par de long mois d’hiver et une histoire hors du commun. Nous sommes pris en main par l’équipe de l’office du tourisme, Albéric, Chloé et Béatrice qui nous ont concocté un joli programme durant les 4 jours que nous passerons entre Saint Pierre et Miquelon. C’est court mais nous devons filer vers le Nord sans trop tarder. 
  
 
 
La mairie, le canon et le drapeau français sur ce caillou perdu
  
 
Nous avons tout d’abord rendez-vous à l’école pour passer notre film et échanger. Les élèves de CE1 nous accueillent, en chantant « heureux qui comme Ulysse… a fait un beau voyage ». Nous enchaînons avec une visite au conseil régional pour aborder les problématiques liées à la sensibilisation des océans et notamment au réchauffement climatique qui les préoccupe tout particulièrement puisque Miquelon est en zone sensible. « Les prévisions pour les 50 années à venir ne sont pas réjouissantes » nous explique le préfet qui nous reçoit dans la foulée. 
  
 
  
 
Dans l’après-midi nous avons rendez-vous avec Herlé Goraguer de l’Ifremer, il vient nous rendre visite à bord et nous explique ses activités sur l’île : l’halieutique bien évidemment et tout ce qui concerne les océans de façon générale. Il étudie plus précisément l’impact du réchauffement climatique notamment sur la faune. 
  
 
 
 
Comme nous, ils ont des sondes qui relèvent température et salinité.  La veille ils ont placé 18 capteurs autour de Miquelon. Il y a également un courantomètre et un marégraphe qui permet de suivre l’évolution de la montée des eaux. Un houlographe vient compléter ce dispositif, il est placé au Sud de Saint Pierre. Ces instruments permettent de mesurer l’impact du réchauffement climatique et on s’aperçoit qu’il y a de gros changement de température dans une même journée en partie dus au brassage des courants. « Il faut savoir que l’on est à la jonction de deux courants, le Gulf Stream qui apporte chaleur et le Labrador qui entraine froid et glace, l’opposition de ces deux courants est en partie responsable de cette brume qui sévit tout au long de l’année sur l’archipel » m’explique Herlé.
  
 
 
Nina et Betty dans la brume
   
  
C’est justement sous une brume épaisse que nous embarquons sur le zodiac de Jean Lou, notre guide, en direction de l’Île aux Marins. Le dernier habitant y a vécu jusqu’en 1962. Aujourd’hui l’île accueille certains Saint-pierrais pendant l’été, ils y ont leurs résidences secondaires et on y organise également quelques colonies de vacances. Le brouillard confère à cet ancien village de pécheurs un caractère poétique et une beauté mystérieuse très inspirante. 
  
 
 
Le cimetière des marins perdus en mer
    
  
Autrefois les pécheurs partaient en Doris (cailloux) à la pêche à la morue, ils les faisaient sécher sur les graves et les vendaient à Saint Pierre. La pêche sur l’archipel s’est arrêtée en quasi totalité avec le moratoire de 1992 qui a considérablement diminué la zone française et marqué la fin de la pêche industrielle, avec la zone du 3PS revendiquée par le Canada et la France.  C’était l’époque de « la guerre de la morue ». Sur les 50 bateaux d’autrefois reste aujourd’hui  9 bateaux, 6 sur Saint Pierre et 3 sur Miquelon. Je me régale à photographier l’Île aux Marins noyés dans la brume, une prière dans l’église pour protéger nos navigations à venir et nous regagnons Saint Pierre sous la pluie. 
 
 
 
Marion se promène dans les herbes. Un peu de verdure avant la grande bleu
 
 
Ce soir nous irons boire une bière avec nos amis Pierre le Normand dit « Ti choux » et Bernard Decré qui sont ici sur les traces de l’Oiseau Blanc de Nungesser et Coli, l’avion qui s’est perdu autour de Saint Pierre. Nous irons  chez « Txetxo » le repaire des marins, en hommage à Al Capone qui serait passé par ici du temps de la prohibition. Saint Pierre y a connu des années prospères, c’était une plaque tournante et les pécheurs ne sortaient plus en mer préférant travailler dans les entrepôts d’alcool.
 

  • Accueil Top d - science

    Une aventure humaine
    au service
    de la science

    Lire la suite   >>

  • Accueil Top d (2)
                                                                                         

    Fleur Australe, plateforme scientifique

       Avec l’Ifremer depuis 7 ans une collaboration efficace. Le voilier est équipé de sondes qui permettent des relevés de température, de salinité, des prélèvements d’eau quotidiens viennent compléter ces mesures. Une caméra immergée à 30 cm de profondeur permet de recenser les zones de déchets flottants.
       Avec Météo France, Fleur Australe est une station mobile qui envoie ses relevés, nuages, houle, températures au centre de Toulouse. Un parcours exceptionnel offre à la science des mesures inédites sur le terrain.
    Suivant   

  • Accueil Top-e (1)

    Rencontrer les enfants
    autour du monde
    pour sensibiliser
    à la protection
    des océans

    Lire la suite   >>

  • Accueil Top e (2)
                                                                                         

    A la rencontre des enfants

    Un équipage familial qui va à la rencontre des enfants autour du monde pour les sensibiliser à la protection de nos océans.
    Plus humain, plus ludique, un message clair et simple. Projection des films suivis de débats animés. L’aventure Fleur Australe parle aux jeunes en véhiculant des notions de rêve et d’aventure pour une meilleur connaissance et un plus grand respect de nos océans.
    Suivant