4 mars, en mer vers le Sri Lanka

Nous n’avons pas trouvé la déesse indienne qui nous vient en aide, à nous, les marins. Où se cache-t-elle ? Pourquoi tant de complications ? Les méandres de l’administration se referment une nouvelle fois sur nous. Nous ne savons plus à quel Saint nous vouer. Il flotte dans le pays des effluves de corruption et nous ne savons pas s’il faut rentrer dans le jeu compliqué du billet discrètement tendu qui ouvre une porte et vous donne accès au papier tamponné signifiant votre liberté.

Lire la suite

26 février, Les montagnes du Kérala

Nous avons laissé notre house boat et prenons la route en direction de la montagne. Nous grimpons dans les montagnes du Kerala. Le chemin est sinueux, les bus se croisent et se frôlent. Difficile de doubler les camions, mais les indiens sont les rois du dépassement sans visibilité. Ils croient au « karma » et sur la route ils testent leur chance. Tout le monde joue du klaxon et les passagers que nous sommes tremblent un peu, mais on s’habitue vite…

Lire la suite

19 Février, Kerala

Notre arrivée à Cochin a encore pris des allures de labyrinthe administratif. Il manque au capitaine une clearance de la douane de Goa et le voilà reparti pour des heures de patience dans les bureaux où l’on rigole du petit français qui a enfreint la loi indienne... Sans ce papier on n’est plus dans le « process », pour reprendre leur terme, il faut donc monter les étages et les gradés pour obtenir le sésame vers la liberté. Enfin délivrés de tout ces tracas, nous laissons notre bateau sagement amarré et partons à la découverte du Kerala.

Lire la suite

12 février, Goa

Nous arrivons au petit matin dans l'estuaire de la rivière qui mène à Panaji et plus loin à Old Goa, le vieux Goa. Une flottille de pêcheurs pose des sennes colorées dans le courant et encerclent les bancs de poissons. Le chenal est étroit et des bancs de sable apparaissent là où vient se briser la houle du large. Nous reconnaissons d’emblée l'architecture portugaise des forts et des maisons qui bordent le rivage.

Lire la suite

Mumbay, 4 fevrier

Après 5 jours bloqués au mouillage, les choses bougent enfin. Un pilote vient à bord et nous levons l'ancre pour rejoindre le port de commerce. Encore un peu d'attente car un bateau militaire fait des manœuvres et nous sommes une nouvelle fois arrêtés pendant plusieurs heures, escortés par un bateau de police. Le pilote patiente avec nous, il nous raconte qu'il étudie la pratique de l'acupressure. Ici en Inde les thérapies et médecines parallèles sont courantes. Le capitaine a une petite douleur à l'épaule et notre pilote effectue quelques pressions sur les doigts de sa main. Cela semble efficace. Nous sommes en Inde tout est possible. Le ton est donné.

Lire la suite

31 Janvier : Mumbai

Bientôt quatre jours que nous sommes consignés à bord de Fleur Australe, au mouillage à Bombay, qu’on appelle Mumbai aujourd’hui. Depuis Samedi, c’est un défilé de militaires en tout genre qui se succèdent à notre bord.

Lire la suite

28 janvier, Vers l’Inde

Nous avons quitté Karachi, libérés du pilote et des formalités. Fleur Australe ne se sentait pas bien, amarrée le long d'un quai poussiéreux et baignant dans une eau nauséabonde. Vingt millions d'habitants laissent des traces de pollution. A l'entrée du port un village de pêcheurs sur une petite île, ressemble à une ville flottante et ce n'est pas sûr que le tout à l'égout y soit de mise.

Lire la suite

25 janvier, Karachi. Surprenant Pakistan

Après nous avoir laissé poireauter pendant 24 heures avec un vent de 30 nœuds, à 20 milles des côtes, on a fini par nous autoriser l’entrée. A quel prix ! Obligation de prendre un pilote pour rentrer dans le port, pourtant facile d’accès, un agent local pour gérer tout ce qui relève des autorités. Une note on ne peut plus salée !

Lire la suite

Les 100 derniers billets du Carnet de bord